La coupe menstruelle, « une fois apprivoisée, ça change la vie »

Devenue une alternative écologique aux tampons et autres serviettes hygiéniques, la coupe menstruelle séduit de plus en plus de femmes. Témoignage de Tara, qui revient sur ses premières fois et expose les avantages et inconvénients de ce produit.

J’ai connu la cup grâce à la vidéo de Madmoizelle postée il y a quelques années, mais à l’époque le concept ne m’avait pas tant interpellé que ça. Je pensais que ça devait être pratique, tout en craignant un peu de ne pas réussir à la mettre correctement.

Je suis restée pendant quelques temps encore avec les traditionnels tampons et serviettes. Et il y a trois ans, une amie proche m’en a parlé avec beaucoup d’emphase, m’expliquant que la cup était en réalité assez simple à utiliser et qu’il n’y avait que des avantages. Ça m’a fait cogiter.


Maintenant, ça doit faire un peu plus de deux ans que je l’utilise tous les mois.

C’est assez amusant, car c’est ma mère qui m’a un peu poussée à m’y mettre. Je lui en avais parlé après avoir entendu des amies vanter la cup, et elle s’y est mise direct.

J’ai trouvé ça pratique d’entendre son expérience en tant que débutante, et notamment les petites difficultés du début (comment réussir à la mettre, éviter les fuites, et puis évidemment réussir à la retirer).

J’ai voulu m’y mettre parce que j’avais beaucoup de mal avec les tampons, que je trouvais trop « secs » et irritants, et j’ai franchi le pas pour la cup après une période où j’avais eu vraiment mal.

De plus, entendre que les tampons et serviettes sont faits avec du bon coton OGM plein de pesticides, ben ça donne moyennement envie de se mettre ça dans le minet.

Après la douleur des tampons, le contraste flagrant

Je me rappelle avoir un peu repoussé le moment de la première utilisation. J’avais acheté ma cup quelques semaines avant (une Fleurcup, que je trouve très pratique car elle est assez rigide et se met bien en place, donc je n’ai jamais de problèmes de fuites).

Le jour où je me suis lancée, j’ai d’abord (re-)posé mille questions à ma mère, avant de m’enfermer dans la salle de bain.

C’était assez compliqué, y a plusieurs manières de la plier pour qu’elle puisse rentrer (en U ou en « tulipe » par exemple), et essayer de se mettre un bout de silicone comme ça dans le vagin, ça n’aide pas beaucoup à détendre le périnée.

Le plus perturbant, contrairement au tampon, c’est qu’il faut vraiment écarter et mettre quelques phalanges dans le vagin pour l’installer correctement. Rien d’impossible non plus (après tout, une tête de bébé c’est sensé passer!), mais ça impressionne un peu à la première pose.

Je me rappelle en revanche qu’après une bonne demi-heure dans la salle de bain, j’ai fini par y parvenir, et que ma toute première réaction a été : « je ne sens rien ! » Après les tampons hyper-douloureux, le contraste était flagrant.

Pas de gênes ni d’odeurs et peu de risques de fuites

La cup menstruelle n’est pas gênante au quotidien. Sur certaines en revanche, il y a une tige crénelée (comme sur ma Fleurcup) qui peut irriter un peu les lèvres, mais elle peut se couper.

Ce que j’ai fait, car la tige sert de « repère » au début pour l’enlever (savoir où se trouve la base de la cup), mais elle n’est pas indispensable. La cup s’adapte bien à la forme du vagin, donc on ne la sent vraiment pas, ou alors très peu et ce n’est pas irritant ou désagréable.

Par contre, si elle est mal mise, il peut y avoir des fuites. Pour vérifier si elle est bien installée, il suffit de passer un doigt autour de la paroi de la cup pour voir s’il n’y a pas un creux, ou un endroit où elle n’est pas très bien dépliée.

Une cup bien installée donne l’impression d’être « gonflée », les parois sont solidement fixées. S’il y a un creux ou une faiblesse, il faut la tirer un peu vers le bas, ou pousser avec le périnée (comme pour « gonfler » la cup).

Il y a aussi un risque (évident) de fuite si cela fait plus de 12h que tu la portes, enfin à peu près. En général je la mets le matin pour ensuite l’enlever le soir, la rincer à l’eau chaude (inutile de la stériliser à l’eau bouillante durant le cycle, plutôt une fois au début et une à la fin). Ensuite je la remets pour la nuit, et je l’enlève le matin.

Si les règles sont abondantes, au tout début de l’utilisation de la cup, il vaut mieux porter encore une serviette type « protège-slip » pour évaluer au bout de combien de temps à peu près la coupe est pleine (haha). En ce qui me concerne, comme j’évite d’utiliser des serviettes (OGM, pas Charlie pour la planète, tout ça), je mets parfois un petit bout de papier toilette dans le slip pour vérifier régulièrement si tout fonctionne correctement.

La cup menstruelle ne génère pas d’odeurs. Et ça fait partie des meilleurs arguments pour l’adopter. Comme le sang n’est pas au contact avec l’air, il n’y a aucune odeur (alors qu’avec un tampon ou une serviette, ben… ça pue).

Ce qui est top avec la cup, c’est qu’on se sent moins sale d’avoir ses règles. Fini la semaine à macérer dans son sang (miam). Le seul truc qui peut dégoûter, c’est le fameux moment du vidage de la cup, où on peut voir tout ce qu’on a menstrué dans la journée. L’odeur n’est pas si immonde au final, et puis c’est juste du sang, mais ça peut dégoûter un peu. Je trouve quand même qu’un tampon ou une serviette usagée, c’est beaucoup plus trash.

cup-dessin


En dépit de ce qu’on peut imaginer, on peut faire du sport en portant la coupe menstruelle. Enfin, sauf si ton utérus aime te faire souffrir pendant les règles, mais rien à voir avec la cup.

Tout est possible : la piscine (sans le petit fil de tampon qui dépasse), la gym, le judo… et même dormir avec son amoureux(se) à poil sans craindre de tâcher quoi que ce soit. Certes c’est pas techniquement du sport, mais c’est un point important qui méritait d’être soulevé.

cup-titeuf

Entre 10€ à 35€ pour 5 ans

Je ne suis pas payée par l’industrie des cups, mais vous l’aurez compris j’y suis vraiment ultrafavorable. Fini l’impression d’embaumer les menstruations en cours ou au travail, fini l’irritation des tampons ou serviettes, fini la sensation d’être sale une semaine par mois… et puis fini les sommes énormes d’argent qu’en tant que fille on devrait mettre dans les tampons ou serviettes toute notre vie.

La cup, ça coûte entre 10€ et 35€ environ, et tu la gardes pour 5 ans. Ah et puis, contrairement à un tampon, la cup peut se mettre même avec très peu de flux ou juste avant l’arrivée des règles, sans que cela ne soit gênant ou douloureux.

Si géniale soit-elle, il subsiste quelques inconvénients. Je dirai de voir le sang, pour celles que ça gêne. Il y a aussi l’étape difficile de la mettre/l’enlever, d’apprendre à connaître son vagin et son périnée.

Ce n’est pas très facile de se mettre un bout de silicone au début, quand on n’est pas encore très à l’aise avec son corps. Et encore plus difficile de l’enlever, car il y a le stress de ne pas y arriver.

D’ailleurs, parenthèse mode d’emploi pour enlever une cup : il faut pincer la base de la cup entre le pouce et l’index. Ça crée un mini appel d’air, qui permet de retirer la cup. On a l’impression que ça crée un « effet ventouse », qui en réalité n’existe pas, ce qui donne la bizarre sensation qu’on va entraîner tous ses organes avec nous en enlevant la cup.

Pour tous les avantages cités précédemment, je recommande d’essayer la coupe menstruelle. Certes, c’est un peu moins simple qu’un tampon ou une serviette, mais une fois apprivoisée, la cup ça change la vie. Je râle moins pendant mes règles maintenant, et je n’appréhende plus de les avoir.

D’ailleurs, le coup de main se prend assez vite, il suffit juste d’être patiente, à l’écoute de son corps (comme diraient les hippies), et d’y aller pas à pas, sans bouriner.

Propos recueillis par Lauriane Sandrini

Publicités

4 réflexions sur “La coupe menstruelle, « une fois apprivoisée, ça change la vie »

  1. MARLINGE Solange

    eh bien les filles !

    Vous êtes gonflées !

    Mais je n’arrive toujours a comprendre ce que c’est et comment ça marche !
    je dois manquer d’humour
    bon courage à vous

    Solange MARLINGE

    J'aime

  2. MARLINGE Solange

    ça y est j’ai compris, je n’avais pas vu l’image !

    Vous en avez de la chance de vivre à votre époque, a ce niveau là bien sûr
    IVG
    CONTRACEPTION
    et CUP (enfin à mon époque le tampon c’était pas dramatique

    signée par une Mamy/Mémé (arrière grand mère)

    A bientôt

    J'aime

    1. En France, c’est certain, il y a eu beaucoup d’améliorations au niveau de la contraception, de l’IVG et des règles, au fil des ans.
      Ce n’est pas le cas d’autres pays comme la Pologne, qui se bat en ce moment pour le droit à l’avortement.
      Les acquis ne le sont pas vraiment, il faut continuer à se battre. C’est un combat sans fin.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s