Ce qui a changé au 1er janvier 2016 pour les femmes

Qui dit nouvelle année dit changements. Femin’Act a répertorié quelques modifications majeures pour les femmes dans le monde en janvier 2016.


Baisse de la TVA sur les protections hygiéniques en France

En octobre, on vous présentait l’histoire de la « taxe tampon » : les députés de l’Assemblée nationale avaient rejeté l’amendement visant à baisser le taux de TVA des protections périodiques de 20% à 5,5%, c’est-à-dire à les faire passer comme produits de première nécessité. Certains collectifs féministes, tels que les Vulves enragées ou Georgette Sand, avaient multiplié les actions symboliques pour exprimer leur colère.

En novembre, le Sénat votait la réduction à 5,5% du taux de TVA, contre l’avis du gouvernement, et relançait le projet de loi en deuxième lecture à l’Assemblée.

C’est finalement le 11 décembre que les députés ont adopté le changement de TVA. Reste à savoir si cette baisse sera répercutée sur les prix et non engloutie par les industriels.

Des femmes manifestaient le 11 novembre à Paris contre la "taxe tampon". (Crédit photo : JACQUES DEMARTHON/AFP)
Des femmes manifestaient le 11 novembre à Paris contre la « taxe tampon ». (Crédit photo : JACQUES DEMARTHON/AFP)


L’arrivée de la première femme à la tête du quotidien Bild en Allemagne

Tanit Koch, 38 ans, est la première femme à devenir rédactrice en chef du journal allemand Bild. Le « quotidien le plus lu d’Europe », d’après le média La Presse, est diffusé à presque 2,9 millions d’exemplaires chaque jour.

L’arrivée d’une femme à la tête du quotidien est une « petite révolution dans le paysage médiatique allemand encore très majoritairement dirigé par des hommes », selon Le Monde. Ce dernier rappelle que, pendant vingt-huit ans, Bild a publié chaque jour la photo d’une femme dévêtue en Une. Cette tendance éditoriale s’est arrêtée le 8 mars 2012 sous l’impulsion de Kai Diekmann, prédécesseur durant quinze ans de Tanit Koch.

Tanit Koch prend la tête du quotidien allemand Bild. (Crédit photo : Axel Springer SE)
Tanit Koch prend la tête du quotidien allemand Bild. (Crédit photo : Axel Springer SE)


L’armée américaine a décidé d’intégrer des femmes dans toutes ses unités de combat

Le 3 décembre, le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter a annoncé lever, à partir de janvier 2016, toutes les restrictions basées sur le genre dans l’armée américaine. Les femmes peuvent désormais rejoindre les rangs de chaque unité de combat. Le quotidien Army Times précise que « cette décision ouvre quasiment 220 000 postes aux femmes à travers l’armée, ce qui représente presque 10% des forces ».

« Il n’y aura aucune exception, a averti Ashton Carter. Ce qui veut dire que tant qu’elles sont qualifiées et qu’elles respectent les normes, les femmes pourront contribuer à nos missions de manières qui leur étaient jusqu’alors inaccessibles. Elles seront autorisées à conduire des tanks, tirer des mortiers et mener des soldats de l’infanterie au combat. Elles pourront servir dans les Army Rangers, Green Berets, Navy SEALs, Marine Corps infantry, Air Force parajumpers, et tout ce qui était précédemment ouvert seulement aux hommes. »

Army Times indique que chaque service a eu jusqu’au 1er janvier pour renseigner le département de la Défense de « plans définitifs détaillés » sur la manière dont ils vont intégrer les femmes.

Une femme soldat de l'armée américaine participe aux séances d'entraînement des Rangers au Fort Benning, le 20 avril 2015, en Géorgie (Etats-Unis). (Crédit photo : ANTONIO LEWIS/AFP)
Une femme soldat de l’armée américaine participe aux séances d’entraînement des Rangers au Fort Benning, le 20 avril 2015, en Géorgie (Etats-Unis). (Crédit photo : ANTONIO LEWIS/AFP)


Au Japon, les femmes divorcées pourront se remarier plus rapidement

Même si cela est intervenu avant le 1er janvier, il s’agit d’un fait récent qui trouve sa place dans cet article. Le 17 décembre, la Cour suprême du Japon a reconnu que la loi imposant un délai pour qu’une femme se remarie est inconstitutionnelle.

En raison de cette loi, les Japonaises divorcées devaient attendre six mois avant de pouvoir se remarier. Ce délai, appliqué seulement aux femmes, « pour s’assurer qu’il n’y ait pas de confusions de paternité en cas de grossesse », indique Marie-Claire.

Malgré la reconnaissance du caractère institutionnel, la Cour suprême a préféré garder un délai, amoindri. Les Echos souligne dans un article que les juges « ont laissé entendre que [l’interdiction] devrait être ramenée sous le seuil des 100 jours ». Le média précise que les militants de l’abolition clament que les nouvelles technologies médicales permettent de déterminer la paternité d’un enfant.

Le gouvernement japonais a annoncé le 16 décembre qu’il allait « amender rapidement » le Code civil.

La Cour suprême du Japon a raccourci le délai pour qu'une femme se remarie. (Crédit photo : Shutterstock)
La Cour suprême du Japon a raccourci le délai pour qu’une femme se remarie. (Crédit photo : Shutterstock)

Lauriane Sandrini

Publicités

2 réflexions sur “Ce qui a changé au 1er janvier 2016 pour les femmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s