Algérie : la double condamnation des femmes atteintes du sida

En Algérie, pendant l’année 2013, 25 000 personnes vivaient avec le virus du sida. Le seuil des 12 000 femmes âgées de 15 ans et plus vivant avec le VIH a été atteint.

Pourcentage par pays des personnes infectées par le virus du Sida dans le monde en 2013. (Crédit photo : femmesdetunisie.com)
Pourcentage par pays des personnes infectées par le virus du Sida dans le monde en 2013. (Crédit photo : femmesdetunisie.com)

En 2014, l’Algérie a enregistré 845 cas d’infections par le VIH, dont près de la moitié étaient des femmes. Selon ONUSIDA, la majorité d’entre elles ont été contaminées par leur conjoint.

L’Algérie est un pays conservateur « imprégné de valeurs musulmanes », d’après un article de l’Avenir. Avoir le sida est considéré comme honteux. Les familles algériennes préfèrent cacher qu’un de leurs membres, homme comme femme, est atteint du VIH. Lorsque le malade meurt, la raison du décès est dissimulée afin que personne ne soit au courant de la réelle cause de la mort.

Certaines femmes, sous couvert de l’anonymat, ont accepté de témoigner à l’AFP. C’est le cas de Hayet (nom d’emprunt), une couturière de 41 ans. Elle a appris qu’elle avait le sida en accouchant de sa fille, il y a 20 ans. Celle-ci, atteinte du virus, est morte à l’âge de trois mois. Le mari d’Hayet est décédé un an plus tard. Les parents du défunt étaient au courant de la maladie de celui-ci, mais l’avait toujours cachée. A la mort de leur fils, ils ont estimé qu’Hayet « ne leur avait pas porté chance et qu’il était injuste que leur fils décède et pas [elle]. » Veuve à 22 ans, elle s’est retrouvée privée de sa part d’héritage.

Pour les femmes atteintes de la maladie du sida, le blâme est double. Elles sont, en effet, accusées d’infidélité et de prostitution.

Les femmes atteintes du sida sont rejetées par la population. (Crédit photo : elgoual.com)
Les femmes atteintes du sida sont rejetées par la population. (Crédit photo : elgoual.com)

Sihem (nom d’emprunt) a 30 ans. Elle a divorcé de son mari il y a dix ans. « J’ai rapporté dans mes bagages le VIH », explique-t-elle, soulignant le peu d’espoir qu’elle a de refaire sa vie. « Mon mari, qui m’a contaminée, a raconté partout que j’avais le sida. » Aux yeux des Algériens, si son mari l’a « renvoyée » au bout de six mois de mariage, c’est elle la fautive. Amère, elle révèle que l’homme est « au dessus de tout soupçon ».

Dans l’inconscient collectif, « le sida est le symbole du déshonneur, d’où une attitude de rejet et de stigmatisation (envers les femmes, ndlr) », regrette Adel Zeddam, directeur d’Onusida en Algérie. Cette mise à l’écart a d’importantes conséquences sur la santé des femmes malades. « [Elles] évitent de venir dans des services de prise en charge proches de leur résidence par peur d’être reconnues, et prennent ainsi le risque de ne pas suivre correctement leur traitement », ajoute M. Zeddam.

Nawel Lahoual, présidente de l’association El Hayet, pour les personnes vivant avec le VIH, estime que les femmes sont victimes « d’une double peine, contaminées par le conjoint et stigmatisées par la société ».

D’après un médecin de l’hôpital El Kettar à Alger, un universitaire de cinquante ans aurait été marié à quatre reprises en cachant sa maladie. Faute de traitement, ses quatre épouses seraient décédées. Pourtant, un certificat prénuptial est exigé des deux époux. Ils doivent, ainsi, réaliser des analyses dont celle de la détection des maladies sexuellement transmissibles (MST). Des cas de certificat falsifiés ont été cependant relevés.

Des mesures prises pour éradiquer le virus

La condition des femmes atteintes du virus du sida préoccupent le gouvernement algérien. En novembre dernier, une réunion a eu lieu « pour agir en faveur de la mise en œuvre de la Stratégie arabe de lutte contre le sida », explique l’ONUSIDA, qui l’a organisée. Des femmes dirigeantes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ont appelé « à faire avancer l’égalité entre les sexes, la riposte au VIH et l’accès universel au traitement et à la prévention du VIH dans la région », toujours selon l’organisation internationale. Le but de cette stratégie est de mettre fin à la propagation du sida d’ici 2030 au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Il est aussi question de parvenir, à l’horizon 2020, à un taux de déclaration de 90% des porteurs du VIH et de permettre l’accès aux traitements à 90% de ces personnes.

Séance de dépistage du sida organisée à Alger par les Nations unies. (Crédit photo : FAROUK BATICHE/AFP)
Séance de dépistage du sida organisée à Alger par les Nations unies. (Crédit photo : FAROUK BATICHE/AFP)

« Je suis venu ici pour vous demander de vous joindre à moi dans le mouvement pour mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030 et de vous joindre à moi pour mettre le leadership des femmes, l’égalité des sexes, le respect et la dignité au cœur de ce mouvement. » Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA, est en phase avec la politique algérienne. Abdelmalek Boudiaf, Ministre de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière, a réaffirmé son engagement en faveur de la création du Centre d’excellence de recherche sur la santé et le sida en Algérie.

Un mois après cette réunion, M. Boudiaf affirmait la création de sept nouveaux centres de référence de prise en charge de l’infection VIH. « Ils donneront plus de résultats sur le plan de la prévention et de la lutte contre le VIH/SIDA, et renforceront les neuf centres de référence existants et appuyant la stratégie nationale en la matière, notamment dans le sens de la généralisation du traitement des porteurs du virus. » rapporte un article de RadioAlgérie.

Un virus qui nécessite une nouvelle impulsion

Selon un rapport de l’ONUSIDA publié fin juin, l’épidémie de VIH-sida pourrait repartir sans une nouvelle mobilisation internationale et l’engagement de 32 milliards d’euros par an au lieu de 17 milliards aujourd’hui.

Lauriane Sandrini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s