Le méninisme, qu’est-ce que c’est ?

Depuis des dizaines d’années, le féminisme est ancré dans les discussions. Phénomène connu de tous, il soulève de nombreuses polémiques. Une d’entre elles prend le nom de méninisme.

En décembre 2013, l’utilisateur Twitter Ti Balogun créait le hashtag #MeninistTwitter. A l’origine, l’objectif était de se moquer du féminisme. Des centaines de milliers d’hommes défendaient, parfois de façon misogyne, leurs droits.

En juin 2015, le compte Twitter @MeninistTweet compte plus de 900 000 abonnés. Un véritable phénomène est né de cette satire. La BBC a expliqué que cet hashtag est également l’occasion d’exprimer les difficultés d’être un homme au XXIème siècle.


Son succès sur les réseaux sociaux a même conduit à la création d’un tee-shirt estampillé Meninist. « En quelques semaines, le site américain Teespring.com en a vendu près d’un millier. » rapporte l’Express dans un article.

Face à cette hausse constante de méninistes, la presse anglo-saxonne est divisée. Certains trouvent ce phénomène ridicule, comme Kelsey Miller, journaliste. « Il est difficile de choisir la meilleure raison qui expliquerait pourquoi le méninisme est horrible et idiot. » Ou encore Amanda Prevosti, contributrice à Elite Daily. « Le méninisme réduit tout le travail et la crédibilité du féminisme en une grosse blague. »

D’autres médias prennent cet événement plus au sérieux. C’est le cas du Daily Telegraph, qui titre : « 2015 sera-t-elle l’année du méninisme? »

(Crédit : igottapeooonher.tumblr.com)
(Crédit : igottapeooonher.tumblr.com)

Quel avenir pour la masculinité ?

Les méninistes reviennent sur une étude pour revendiquer leurs droits. En Europe, un homme a quatre fois plus de chances de se suicider qu’une femme sans que cela ne fasse débat. « Elle est même la première cause de la mortalité masculine en Grande-Bretagne chez les 20-34 ans. » souligne l’Express. Ce phénomène a été prouvé par le journaliste écossais Finlay Young, auteur du reportage Le problème des hommes. Ces hommes qui se tuent. paru en février dernier dans l’hebdomadaire américain Newsweek et de l’essai La Chute des hommes. Une enquête sur le suicide masculin.

Cette question sur la masculinité a été déclenchée par Tony Porter lors d’une conférence TED Women en décembre 2010. Dans une vidéo Youtube, il invite les hommes à « s’affranchir des valeurs traditionnellement associées à la masculinité, telles que la force, l’autorité et l’obsession de la performance. […] La libération de la femme est intrinsèquement liée à celle de l’homme. »

Le cas de la France est illustré par le pédopsychiatre Stéphane Clerget, auteur de l’essai Nos garçons en danger! Ecole, santé, maturité. Pourquoi c’est plus compliqué pour eux et comment les aider (Flammarion). Selon lui, la surféminisation du personnel éducatif en maternelle et en école primaire, l’atomisation de la famille, et « l’objétisation » des corps, véhiculée par les médias et la publicité sont les causes d’un trouble chez les jeunes garçons. « Le mal-être des garçons est un sujet tabou dans notre société. Il ne s’agit pas de nourrir une rivalité entre les sexes, ou de privilégier le développement de l’un au détriment de l’autre, mais d’avoir une réflexion collective sur la redéfinition du paradigme masculin. Ce n’est pas un hasard si la majorité des enfants et des adolescents que nous recevons en dispensaire et en libéral sont des garçons. »

(Crédit photo : meninists.tumblr.com)
(Crédit photo : meninists.tumblr.com)

Un phénomène à prendre avec des pincettes

Malgré ces propos, le méninisme et ses valeurs ne sont pas manichéens. Au contraire, ce sujet doit être pris en compte avec toutes ses nuances. Le philosophe Vincent Cespedes, auteur du livre L’Homme expliqué aux femmes (J’ai lu), analyse que « croire que le féminisme est responsable de la ‘dévirilisation’ des hommes est dangereux. C’est l’excuse que les nostalgiques de la phallocratie utilisent pour renforcer leur place dans la société. »

Réel symptôme de mal-être ou mode passagère, le méninisme est un phénomène qui continuera à faire parler de lui dans les prochaines années.

Lauriane Sandrini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s