Turquie : un Parlement féminin historique

Les législatives Turques ont eu lieu ce dimanche 7 juin. Les grands médias retiendront principalement le revers du parti au pouvoir, Parti de la justice et du développement (AKP). Le président Turc, Recep Tayyip Erdogan, a perdu la majorité absolue et a annoncé, hier, la démission du gouvernement du Premier ministre Ahmet Davutoglu. Femin’Act a, pour sa part, surtout retenu l’avancée des femmes au Parlement.

Les femmes turques peuvent célébrer cette victoire. Le nouveau Parlement turc comptera dans ses rangs 97 députées sur un total de 550 sièges. C’est un record dans ce pays où la parité homme-femme reste un combat. Le Parlement sortant comptait, en effet, 79 femmes et une seulement au gouvernement, Aysenur Islam, ministre de la famille et de la politique sociale.

Ce bond en avant est majoritairement dû au Parti démocratique des peuples (HDP), un parti pro-kurde de gauche, qui se dit féministe. Avec 13% du suffrage, il enverra sur les bancs de la Grande assemblée nationale 31 femmes sur 80 élus. Ses statuts imposent la parité. Ainsi, cette formation est co-présidée à la fois par un homme et une femme.

Une Turque soutenant le HDP lors d'une manifestation. (Crédit photo : Emre Tazegul/AP)
Une Turque soutenant le HDP lors d’une manifestation. (Crédit photo : Emre Tazegul/AP)

Selon un décompte effectué par l’AFP, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), au pouvoir depuis 2002, fait élire pour sa part 41 femmes, dont plusieurs voilées. Il est le seul parti à envoyer moins de femmes que lors de la précédente législature (46 en 2011).

Enfin, le principal parti d’opposition, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), qui a raflé 132 sièges, comptera 20 députées, alors que le Parti de l’action nationaliste (MHP, droite) en compte 4 parmi ses 80 élus.

Le journal turc Hurriyet souligne que plusieurs fortes personnalités figurent parmi les femmes élues. A l’AKP, on trouve ainsi Leyla Sahin, une étudiante en médecine exclue de l’Université d’Istanbul pour port du voile. Elle avait saisi à la suite de ça la Cour européenne des droits de l’Homme. Pour le CHP, on trouve Selina Dogan, Arménienne et avocate. On notera également l’entrée au Parlement de Dilek Öcalan pour le HDP, nièce du président du PKK , Abdullah Öcalan, qui purge une peine de prison à vie.

Désormais, le Parlement turc compte 17-18% de femmes à son actif. En comparaison, la France a 27% de députées. Avec ces chiffres, la Turquie, qui était à la 90e place dans le classement des pays dont les parlements sont les plus féminisés, va passer à la 75e environ (comme la Lettonie ou la Slovaquie). La France est, quant à elle, à la 44e place.

Partisans HDP fêtent résultat
Des partisans du HDP fêtent les résultats du parti aux législatives. (Crédit photo : REUTERS/Murad Sezer)

L’égalité homme-femme, « contraire à la nature humaine »

Depuis l’arrivée du pouvoir en 2002 de l’AKP, les conditions des femmes en Turquie se durcissent. « La situation est moins bonne que sous Kemal [Mustapha Kemal Atatürk, premier président de la République turque] dans les années 30. » Voilà le constat que dresse Jean Marcou, professeur à Sciences Po Grenoble. Ces propos peuvent notamment s’expliquer par ceux d’Erdogan, président turc. Le 24 novembre 2014, il avait déclaré que l’égalité homme-femme était « contraire à la nature humaine ». « Notre religion [l’islam] a défini une place pour les femmes [dans la société] : la maternité », avait-il lancé devant un parterre de femmes venues discuter de… la justice des femmes. Il avait également recommandé aux femmes d’avoir « au moins trois enfants », ou, en 2012, avait comparé l’avortement à un meurtre.

Le président n’est pas le seul fautif. L’année dernière, son vice-premier ministre Bülent Arinç avait déclaré qu’une femme « ne [devait] pas rire fort en public ». Le maire d’Ankara, Melih Gökçek, tenait des propos plus durs encore, en juin 2010, comme le rapporte sur son blog Etienne Copeaux, chercheur associé au Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen Orient (Gremmo) du CNRS« Le ministre de la santé a révélé que chaque année 100 000 avortements étaient opérés. Cela signifie que chaque année, on pratique 100 000 assassinats. Et pourquoi un enfant pâtirait-il de la faute de sa mère ? C’est la mère qui a fauté, qu’elle se donne la mort ! »

Le président Erdogan lors de son discours sur la place de la femme en société. (Crédit photo : AP/Seth Wenig)
Le président Erdogan lors de son discours sur la place de la femme en société. (Crédit photo : AP/Seth Wenig)

La sociologue turque Gaye Petek explique dans un article du Monde que les choses étaient différentes il y a douze ans. « Peut-être pour faire plaisir à l’Europe au moment où Erdogan voulait vraiment l’intégrer, suppose-t-elle. Il y a un retour à la morale religieuse de la société et la question des femmes arrive en premier lieu. Restriction de l’alcool, critiques de la liberté de s’habiller… Ce sont des petits pas. Le président turc semble être un homme qui a une stratégie de petits pas pour faire passer la pilule, pour que la Turquie devienne de plus en plus morale, religieuse, restrictive. » 

Egalement contactée par le Monde, la chercheuse Dorothée Schmid, spécialiste de la Turquie contemporaine à l’Institut français des relations internationales (IFRI), explique que « ce n’est pas une question de législation mais de culture sociale. Les hommes sont perçus comme les moteurs de la société, tandis que les femmes sont reléguées à leur rôle de mère. »

Rappelons qu’environ 69% des hommes ont un emploi rémunéré, contre 28% des femmes, estime l’OCDE. En termes de niveau d’études, elles sont également freinées. 36% des Turcs sont diplômés du deuxième cycle du secondaire (ou équivalent) contre 27% de Turques. L’avancée des femmes au Parlement est donc un réel exploit.

Lauriane Sandrini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s