Des israéliennes se mobilisent pour le port du short au lycée

En Israël, un groupe de jeunes lycéennes militent sur les réseaux sociaux pour obtenir le droit de porter des shorts au lycée.

Dès le mois d’avril, en Israël, la chaleur frôle les 45°C. L’été, d’avril à octobre, y est chaud et sec. Mais les lycéennes ne mettent pas de short. Cela leur est interdit. Des Israéliennes se sont donc mobilisées sur les réseaux sociaux pour obtenir le droit d’en porter, comme les garçons. Ces élèves d’écoles laïques expliquent que leurs professeurs justifient l’interdiction par la nécessité de les préserver du regard masculin. « Pourquoi une femme doit-elle subir des commentaires sexistes et machistes parce qu’il fait chaud ? », s’indigne l’une d’elles sur sa page Facebook.

Leur protestation a été entendue. Elle a fait la une du quotidien Haaretz. « On dit aux filles de ne pas venir en short parce que les garçons les regardent. Nous sommes les victimes et c’est nous qui nous retrouvons sur le banc des accusées. » rapporte une des jeunes filles concernées. Les lycéennes qui osent défier le règlement risquent « une interdiction de passer un examen, une confiscation de leur téléphone portable et une convocation des parents », précise le quotidien.

Des élèves du lycée Kalay à Givatayim, en Israël, manifestent pour le port du short. (Crédit photo : capture d'écran de The Times of Israël)
Des élèves du lycée Kalay à Givatayim, en Israël, manifestent pour le port du short. (Crédit photo : capture d’écran de The Times of Israël)

Lettre ouverte au ministre de l’éducation

Le cas des jeunes fille n’a pas seulement trouvé écho dans le journal Haaretz. Elles ont également écrit une lettre ouverte à l’intention de Naftali Bennett, ministre de l’éducation israélien et chef du Foyer juif, parti religieux nationaliste. « On rapporte que de nombreuses jeunes filles ont subi des discriminations dans des établissements scolaires, à travers tout le pays, à propos du code vestimentaire, dit cette lettre. Nous sommes dans un système éducatif supposé égalitaire. C’est pourquoi nous vous demandons d’intervenir et de soutenir la lutte en vue d’une uniformisation du code vestimentaire pour les garçons et les filles. »

Le bureau du ministre de l’éducation s’est cependant muré dans le silence. Les contestataires appellent, sur une page Facebook en hébreu, à « donner à l’école une leçon sur l’égalité » et à manifester, le 16 juin, devant le Parlement, à Jérusalem. Les députés discuteront de la question, mercredi 3 juin, à la suite du vote d’une motion d’urgence déposée par la députée Michal Biran, membre de l’Union sioniste, principal parti d’opposition de gauche.

Illustration de l'interdiction des lycéennes de porter des shorts. (Crédit photo : facebook.com)
Les lycéennes israéliennes illustrent leur interdiction. (Crédit photo : facebook.com)

« Donner à l’école une leçon sur l’égalité »

Ce mouvement protestataire est parti du lycée public de Guedara, à une quarantaine de kilomètres de Tel Aviv. Le site d’information France 24 rapporte le témoignage de Niv, élève de seconde.

« Il y a quelques semaines, un jour où il faisait 45°C, nous avons commencé à nous poser des questions sur la politique de l’école [qui interdit les shorts aux filles]. Les hommes ont le droit de porter des shorts, alors pourquoi pas nous ? C’est un calvaire d’aller au lycée en pantalon avec cette chaleur.

Le 4 mai, la moitié de notre classe – soit 60 élèves garçons et filles – a organisé une manifestation au cours de laquelle nous étions tous en short. Des professeurs ont été particulièrement virulents, certains nous ont même dit qu’on ne se respectait pas. J’ai trouvé ça très étrange, d’autant que beaucoup de professeurs femmes portent elles-mêmes des shorts en classe. J’ai eu la sensation que c’était eux qui ne nous respectaient pas. On nous a aussi dit que ces tenues pouvaient distraire les garçons …

Ils nous ont renvoyées chez nous et nous ont exclues de l’école pour la journée du lendemain. Mais on a recommencé à protester. Pendant plusieurs jours, on a essayé d’entrer en shorts mais à chaque fois, on nous opposait un refus. J’ai pris du retard en cours, mais je me suis rattrapée depuis. L’une de mes profs a quand même choisi de nous soutenir. Elle a 50 ans. Alors que les plus jeunes ne nous ont pas aidées.

Pour les filles de mon âge, le code vestimentaire est une idée vraiment stupide. On se met en short dès qu’on sort de l’école –  dans la rue, les plus religieux nous regardent avec insistance mais on s’en fiche. J’ai des amis qui vont au collège dans un kibboutz à 15 kilomètres d’ici, ils sont autorisés à porter des shorts, ça ne pose aucun problème et ils se respectent quand même. Toutes les écoles publiques devraient traiter garçons et filles de la même manière. Malheureusement, beaucoup d’établissements, dont le mien, sont peut-être influencés par leurs riches donateurs parfois très religieux. L’année est presque finie mais on continuera à protester, et on recommencera l’année prochaine. »

Les jeunes filles manifestent pour pouvoir porter des shorts au lycée. (Crédit photo : facebook.com)
Les jeunes filles manifestent pour pouvoir porter des shorts au lycée. (Crédit photo : facebook.com)

Israël récidive

La chaine 2 Israélienne a diffusé lundi 1er juin un reportage sur ce thème. Une jeune fille d’un lycée de Kiryat Ono a vu sa jupe être « rallongée » par photoshop sur sa photo de classe de fin d’année. Ses parents, choqués, ont protesté contre ce qu’ils ont estimé être une humiliation pour leur fille, qualifiée d’impudique.

Cette affaire a permis de dévoiler le pot-aux-roses. De nombreuses jeunes filles se sont plaintes, clamant avoir subi le même sort sur leur photo de fin d’année. L’école en question s’est refusée à tout commentaire.

Lauriane Sandrini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s