Le viagra féminin : pour ou contre ?

Un comité de la FDA va se prononcer demain 4 juin sur la commercialisation ou non du Flibanserin, aussi appelé Viagra féminin.

Vous êtes un homme. Vous avez des problèmes d’érection. Vous prenez une petite pilule bleue, aussi connue sous le nom de Viagra. Vous pouvez obtenir une activité sexuelle satisfaisante.

Vous êtes une femme. Vous avez des problèmes de libido. Vous ne prenez pas de petite pilule. Il n’y a pas de petite pilule faite pour vous. Du moins… Pas encore.

Demain, un comité consultatif de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) va se prononcer sur l’autorisation – ou non – de la mise sur le marché du Flibanserin, surnommé le Viagra féminin. Ce médicament, contrairement au Viagra qui favorise l’afflux sanguin vers le pénis, agit sur le cerveau en augmentant les afflux de dopamine et de noradrénaline (excitant) et en diminuant la sérotonine (qui freine les pulsions sexuelles).

La FDA a déjà rejeté ce produit deux fois, en 2012 et 2013, en raison de ses effets secondaires. En effet, la prise de Flibanserin à outrance peut causer vertiges, nausées ou encore somnolences.

Néanmoins, les défenseurs du Viagra féminin soulignent que la version masculine provoque également troubles de la vision, vertiges, voire hypertension et accident vasculaire cérébral (AVC). L’argument qu’avance la FDA se révèle donc un brin hypocrite.

Image d'illustration. (Crédit photo : kombini.com)
Image d’illustration. (Crédit photo : kombini.com)

Une pétition pour l’égalité sexuelle

Parmi ces défenseurs, on trouve le laboratoire Sprout Pharmaceuticals, ainsi que 17 associations de santé ou féministes, dont la National Council of Women’s Organizations. Le groupe activiste Even the Score fait parti de ces défenseurs. Il a lancé une pétition en ligne, il y a huit mois, pour la commercialisation du Flibanserin. Elle a déjà rassemblé plus de 60 000 signatures. « Les femmes ont attendu trop longtemps », s’insurgent les auteurs.

Pour Even the Score, l’attitude de la FDA se révèle sexiste. L’association souligne qu’en Amérique, l’homme bénéficie de 26 solutions différentes pour palier à ses dysfonctionnements sexuels alors qu’il n’en existe aucune pour la femme.

En 2013, le Lybrido, autre médicament connu pour ses effets excitants, a lui aussi fait face à une non-commercialisation. La raison ? «Plusieurs consultants dans le domaine m’ont confié que les laboratoires pharmaceutiques s’inquiétaient de leurs résultats, qui seraient trop bons. Et surtout, que la Food and Drug Administration (FDA) risquait de le rejeter, craignant que les femmes débordent de libido et deviennent des infidèles frénétiques, bouleversant l’ordre de la société.» explique Daniel Bergner, journaliste spécialiste du désir féminin.

Vous avez bien lu. Une femme débordant de libido est un « bouleversement de l’ordre de la société ». Évidemment. La femme n’a pas de désir sexuel. La femme reste à la maison, avec son balai et sa vaisselle, prête à nourrir les gosses. Bienvenue au XXIème siècle, l’ère de l’inégalité transparente.

EDIT : La FDA a autorisé la commercialisation du Flibanserin sous certaines conditions.

 

 

Lauriane Sandrini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s