Les femmes s’invitent dans les jeux-vidéos

Les femmes et les jeux-vidéos, c’est un mélange qu’on ne voit pas souvent. Pourtant, la femme tend à trouver de plus en plus sa place au sein de cet univers. Focus sur FIFA 16 et Saudi Girl Revolution.

Deux joueuses de l'équipe de France de Fifa 16. (Crédit photo : leparisien.fr)
Deux joueuses de l’équipe de France de Fifa 16. (Crédit photo : leparisien.fr)

Fifa 16

Alors qu’un scandale est en train de bouleverser la Fifa, la franchise d’Electronics Arts (EA) a annoncé jeudi 28 mai que le prochain opus du célèbre jeu Fifa contiendrait douze équipes féminines. Il en aura fallu du temps. Après 15 éditions et 22 ans, après des années de polémiques et une pétition en ligne qui a réuni plus de 10 000 signatures, les femmes débarquent enfin sur le gazon virtuel.

Vous pourrez désormais choisir, à partir du 24 septembre 2015, entre ces douze sélections : l’Allemagne, les Etats-Unis, la France, la Suède, l’Angleterre, le Brésil, le Canada, l’Australie, l’Espagne, la Chine, l’Italie et le Mexique.

Comme le précise un article d’Europe 1, quatre femmes américaines ont servi de modèle pour calquer leurs mouvements dans le jeu. Et pas n’importe lesquelles. EA a choisi des professionnelles de l’équipe américaine, double championne du monde et quadruple championne olympique : Sydney Leroux, Abby Wambach, Alex Morgan et Megan Rapinoe. De cette manière, les mouvements des joueuses ne sont pas les mêmes que ceux des hommes. « Les mouvements de ces joueuses ont permis de créer un nouveau système de déplacement pour les femmes dans FIFA 16 avec notamment des foulées, des courses, des accélérations et des déplacements horizontaux totalement inédits. L’équipe nationale canadienne s’est également rendue chez EA pour fournir des modèles de référence numérisés à 360° qui serviront ensuite à modéliser de nouvelles joueuses », a expliqué l’éditeur du jeu dans un communiqué.

Comme on pouvait s’y attendre, de nombreuses réactions sexistes ont rapidement émergées sur la toile. Mais nous avons décidé de nous attarder sur les positives.

https://twitter.com/LProwseBaldwin/status/604235448282681345

Saudi Girl Revolution

En Arabie Saoudite, les femmes n’ont pas le droit de conduire. Mais ce manquement à leur liberté ne s’applique pas aux jeux-vidéos. D’ici la fin de l’année 2015, Saudi Girl Revolution sortira en application gratuite sur smartphones. Ce jeu a été conçu par la société NA3M, fondée par le prince Fahad Bin Faisal Al-Saud, petit-neveu du roi de l’Arabie Saoudite.

Ce jeux-vidéo, au nom qui en dit long, met la femme au centre de l’histoire. Dans un contexte post-apocalyptique où les matières premières – dont l’eau – se font rares, huit femmes combattent le mal avec l’aide de boucliers, d’armes… et de motos surpuissantes. Parmi ces héroïnes, une incarne la sagesse et apprend aux jeunes femmes à se battre, une autre est lesbienne, tandis que des jumelles se consacrent à combattre l’extrémisme religieux, explique le Wall Street Journal.

Le créateur, le prince Fahad Bin Faisal Al-Saud, raconte au quotidien que son intention n’est pas politisée. Il espère que son jeu « inspirera les femmes qui se verront dans des rôles où elles sont les égales des hommes. […] Si on raconte aux gens des histoires dans lesquelles les femmes conduisent, alors peut-être que cela finira par arriver. »

Pour en découvrir un peu plus, voici le teaser de Saudi Girl Revolution :

 

Lauriane Sandrini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s